Africain n'est pas un déguisement !

Africain n'est pas un déguisement !
Fédéral
Thématique(s) de l'article :
Dimanche avait lieu un thé dansant nommé "AfroHouse". L'évènement s'est déroulé juste en face de l'AfricaMuseum, à Tervuren.

L'organisation de l'évènement pose question. Par exemple, les organisateurs ont invité les participants à venir "habillés en Africains"1. Sur Facebook, on a pu voir apparaître plusieurs photos pas anodines : un colon tout sourire par-ci, un homme grimé en noir, par là. Une polémique est née.

A juste titre, car plusieurs problèmes se posent :

D'abord, rappelons que le musée a été érigé entre 1905 et 1908 par Léopold II (à l'époque on parle du "Musée du Congo Belge"). Cet endroit avait été quelques années plus tôt le théâtre d'un véritable zoo humain dans lequel des Belges avaient parqué des Congolais durant l'exposition universelle de 1897. Bilan : plus d'un milion de visiteurs et surtout, sept morts congolais2.

En choisissant ce lieu chargé d'une histoire (récente) honteuse, les organisateurs manquent de respect aux afro-descendants.

Et puis, notre passé colonial nous oblige à une prudence infaillible lorsqu'il s'agit de l'image de "l'Afrique" (qui rappelons-le, à de multiple visages). À ce propos, une association anti-raciste dont un des membres a souhaité rester anonyme réagissait dans la Capitale : "Notre identité n'est pas un déguisement. C'est une question qui ne devrait plus être à débattre. Malheureusement, la réalité nous rattrape toujours"3.

Nous pensons qu'il est temps d'arrêter de se contenter d'excuses à posteriori, comme le dit Café Congo : "l'interdiction devrait venir d'en haut"4.

Est-ce que la commune de Tervuren avait conscience du problème ? Notons enfin que le parc de Tervuren dépend de la Régie des Bâtiments, et que le Musée d'Afrique centrale avait pris ses distances avec l'événement au préalable sur Facebook, sentant le malaise grandir.

En tant qu'organisation de jeunesse luttant activement contre les discriminations et les privilèges, nous ne pouvons qu'être consterné.e.s par un tel événement. Non seulement, les propos des organisateurs relèvent de stéréotypes racistes, semble-t-il assumés. Mais la pratique du Blackface (scandaleuse partout et tout le temps5) est d'une rare indécense pratiquée dans pareil lieu. (Notons que le Musée a par ailleurs déclaré avoir rénové ses collections selon une vision décolonisée, en totale opposition à ce qui s'est passée dimanche).

Ce genre de pratique est particulièrement irresponsable dans le climat actuel et ne devrait pas être passée sous silence.

En effet, comme l'actualité américaine nous le rappelle, le terrorisme suprémaciste blanc est de plus en plus fréquent et meurtrier6. Banaliser et/ou excuser ce racisme ordinaire participe de la distillation de ce genre d'idées dangereuses dans la société.

Et c'est absolument inacceptable.

écolo j

 

« Pensez imprimés africains. La soirée Afrohouse fait polémique », La Nouvelle Gazette, 01/08/19.

« Belgique : à Tervuren, le musée de l'Afrique est devenu le musée de la discorde », Nouvel Obs, 10/12/18.

idem

4 « Une blackface qui fait tache à l’AfricaMuseum », 7 sur 7, 7/8/19.

5 « Pourquoi le blackface n’est pas maladroit mais raciste ». Les Inrocks.

6 « Eclairage : le terrorisme d’extrême droite, une menace mondiale sous-estimée », Courrier International,17/04/19.

Photo © Jelle Dreesen (7sur7)

Article précédent Article suivant
Partager l'article
Nos thématiques

Nos thématiques