Assez rigolé, allons voter !

Assez rigolé, allons voter !
Fédéral
Dimanche dernier se déroulaient les 20km de Bruxelles. Événement très attendu par tou-te-s les joggeu-rs/ses de la Capitale et d’ailleurs, des activistes en ont profité pour mener une campagne d’affichage à une semaine des « méga » élections du 26 mai.

Pour que l’incitation soit la plus forte possible, ces militant-e-s ont fait le choix de placarder des affiches quelque peu provocatrices… Le slogan « Assez rigolé, allons voter » se retrouvait sur deux types d’affiches avec des messages distincts. Une première illustrait le Premier ministre, Charles Michel, arborant un nez de Pinocchio et déclamant cette fameuse phrase qui en aura fait sourire plus d'un-e : « Sur le climat, beaucoup a été fait… mais peut-être pas assez expliqué ». L’autre représentait le portrait d’une femme avec une moitié d’elle en coiffeuse et l’autre en chirurgienne. La formule qui l’accompagnait disait « Vous voudriez que votre coiffeur soit aussi votre chirurgien ? Stop au cumul ! ». Bref, peu de doute sur l’intention du message.

écolo J souscrit complètement aux messages véhiculés par cette action. En effet, il s'agit là de deux revendications chères à notre mouvement et il est essentiel que les élect-eurs/rices les aient à l’esprit lorsqu’ils/elles se retrouveront dans l’isoloir.

La prochaine législature sera déterminante sur la matière climatique, c’est très clair.  Le GIEC nous donne encore une dizaine d’années avant que des seuils soient franchis et que les dégâts soient irréversibles. Le congrès international d’expert sur la biodiversité qui s’est récemment tenu à Paris faisait état d'un avancement de dégradation de la faune et la flore non négligable. Si nous n’avançons pas rapidement vers un modèle de société soutenable, il se pourrait bien que les générations futures grandissent dans un environnement catastrophique. À cet égard, la ratification rapide d’une loi climat, bien qu’elle ne suffise pas, enverrait déjà un premier signal de prise en compte de l’urgence de la situation de la part des pouvoirs publics.

Une autre tendance notoire qui mine actuellement la société concerne la défiance générale des citoyens envers le monde politique. Il est assez ahurissant de voir à quel point le désaveu est partagé par un nombre grandissant de Belges. La réconciliation de ces deux mondes passera notamment par une pratique assainie de la gouvernance, dont le décumul des mandats. C’est le b.a-ba en la matière. Mais à nouveau cela ne suffit pas : le réenchantement de la démocratie ne pourra réellement s’opérer que si des mécanismes de démocraties participatives redonnent accès à la décision effective à toutes et tous.

En cette veille d’élection, il est important pour écolo j de marquer son soutien à toutes ces mobilisations réclamant une transition écologique et solidaire de nos sociétés. Un changement est possible ce dimanche 26 mai : assez rigolé, allons voter !

 

 

 

 

Article précédent Article suivant
Partager l'article
Nos thématiques

Nos thématiques