Compte-rendu : TTIP, un danger pour le citoyen ?

Compte-rendu : TTIP, un danger pour le citoyen ?
Namur
Thématique(s) de l'article :
Ce lundi 7 Décembre, écolo j Namur et le Démocra’kot se réunissaient à l'Université de Namur pour une conférence centrée sur les enjeux du traité transatlantique (TTIP). Pour en parler, nous avions invité Michel Cermak (chargé de recherche au CNCD), Myriam Djegham (secrétaire générale du MOC et co-animatrice de l’Alliance D19-20), Benoit Hellings (député fédéral ECOLO) ainsi que Marie Lecocq (coordinatrice au CNCD) pour modérer le débat. Une cinquantaine de personnes motivées sont venues pour entendre nos intervenants et débattre avec eux sur les risques de ce traité.

De manière pédagogique et passionnante, nos trois intervenants nous ont expliqué les tenants et les aboutissants de ce traité. Myriam Djegham a commencé par une courte introduction sur les traités commerciaux et les mécanismes en jeu pour ensuite présenter les impacts socio-économiques et remettre en question la validité et l’objectivité de certaines études vantant les «avantages» du TTIP. Son intervention s’est terminée par les risques encourus à cause de la libéralisation de nombreux services publics qui surviendrait suite à la ratification de ce traité.

Ensuite, Michel Cermak a fait le point sur les futures difficultés rencontrées par les Etats au niveau législatif dans des domaines tels que la santé, la qualité de vie des habitants, ainsi que l’environnement suite à la signature de ce texte. Même si les Parlements auront toujours la faculté de créer des lois, le mécanisme de règlement des différends entre États et investisseurs (ISDS) serait une arme terrible aux mains de certains lobbyistes. En effet, ceux-ci pourraient menacer les États de verser des dommages aux entreprises lésées par ces normes, ce qui entraînerait l’échec de ces lois avant même qu’elles ne soient votées! Ce mécanisme est d’ailleurs déjà en application, notamment en Amérique du Nord suite à la ratification du CETA, texte qui empêche le Canada de préserver son environnement de l’exploitation de gaz de schiste.

Zones hors TTIP

Pour finir, Benoit Hellings nous a parlé de la genèse des négociations et comment le monde culturel européen a tiré la sonnette d’alarme sur ce traité et entraîné d’autres composantes de la société civile (syndicats, partis, monde associatif, etc…) à se mobiliser contre celui-ci. Nous avons terminé la conférence par un questionnement sur les moyens pour les citoyens de se mobiliser et faire entendre leur voix. En effet, face à ce traité dont les conséquences sont innombrables, nous semblons bien démunis pour pouvoir agir mais une mobilisation citoyenne peut néanmoins avoir des effets importants. Il est dès lors possible de se prononcer publiquement contre le traité transatlantique en demandant à ses élus communaux de devenir une «commune hors TTIP». Cette mesure, certes symbolique, permet de montrer à nos représentants que nous ne sommes pas d’accords avec la signature de ce traité. D’autres organisations se sont aussi déclarées «zone hors TTIP», comme des écoles, des entreprises, etc. Nous pouvons aussi interpeller nos représentants directement via des lettres, des mails ou des pétitions pour leur demander de porter notre voix devant les instances en charge des négociations. Un outil est actuellement élaboré au niveau européen pour mesurer l’ampleur de la mobilisation.

Feu l'AMI...

Enfin, pour ceux qui douteraient de l’utilité de se mobiliser, il est bon de rappeler l’exemple de l’AMI, accord multilatéral sur l'investissement. À partir de 1995, ce traité, de la même envergure et qui aurait pu avoir des conséquences semblables au TTIP, était en négociation au niveau de l’OCDE. Cependant, de nombreux mouvements associatifs se sont mobilisés dans de nombreux pays, dont la France où la mobilisation fut la plus forte. En 1998, suite à cette énorme vague contre l'AMI, le gouvernement français de l’époque a décidé de se retirer des négociations et a marqué une grande victoire pour les citoyens (plus d'infos en suivant ce lien).Cet exemple est inspirant car il donne beaucoup d’espoir pour lutter contre le TTIP!

Schadia et Quentin, pour écolo j Namur

Compte-rendu : TTIP, un danger pour le citoyen ? Compte-rendu : TTIP, un danger pour le citoyen ? Compte-rendu : TTIP, un danger pour le citoyen ? Compte-rendu : TTIP, un danger pour le citoyen ? Compte-rendu : TTIP, un danger pour le citoyen ? Compte-rendu : TTIP, un danger pour le citoyen ? Compte-rendu : TTIP, un danger pour le citoyen ? Compte-rendu : TTIP, un danger pour le citoyen ? Compte-rendu : TTIP, un danger pour le citoyen ? Compte-rendu : TTIP, un danger pour le citoyen ? Compte-rendu : TTIP, un danger pour le citoyen ? Compte-rendu : TTIP, un danger pour le citoyen ? Compte-rendu : TTIP, un danger pour le citoyen ? Compte-rendu : TTIP, un danger pour le citoyen ? Compte-rendu : TTIP, un danger pour le citoyen ? Compte-rendu : TTIP, un danger pour le citoyen ? Compte-rendu : TTIP, un danger pour le citoyen ? Compte-rendu : TTIP, un danger pour le citoyen ? Compte-rendu : TTIP, un danger pour le citoyen ? Compte-rendu : TTIP, un danger pour le citoyen ? Compte-rendu : TTIP, un danger pour le citoyen ? Compte-rendu : TTIP, un danger pour le citoyen ? Compte-rendu : TTIP, un danger pour le citoyen ? Compte-rendu : TTIP, un danger pour le citoyen ? Compte-rendu : TTIP, un danger pour le citoyen ? Compte-rendu : TTIP, un danger pour le citoyen ? Compte-rendu : TTIP, un danger pour le citoyen ? Compte-rendu : TTIP, un danger pour le citoyen ? Compte-rendu : TTIP, un danger pour le citoyen ? Compte-rendu : TTIP, un danger pour le citoyen ? Compte-rendu : TTIP, un danger pour le citoyen ?
Article précédent Article suivant
Partager l'article
Nos thématiques

Nos thématiques