Focus sur écolo j Liège

pictoFocusSur

Si écolo j Liège est connue pour être présente en nombre aux événements festifs, sachez que nous aimons tout autant travailler ensemble sur des projets thématiques, que ce soit sur les questions environnementales, l’égalité des genres, le mouvement zéro waste, etc. Les Liégeois.e.s s’ouvrent à une multitude de sujets.

écolo j Liège existe depuis 10 ans et est principalement composée de jeunes travailleur.se.s, d’étudiant.e.s liégeois.e.s mais aussi d’étudiant.e.s Erasmus. Les membres actifs varient en fonction des périodes de l’année, des projets en cours et du temps dont les travailleur.se.s disposent après leur boulot. Heureusement, les permanent.e.s sont là pour nous soutenir ! Certains membres organisent les projets activement, d’autres aident principalement pendant les événements. En tout cas, la régionale de Liège est motivée et est ravie de voir écolo j ULg prendre de l’ampleur.

Cette année, de nombreuses thématiques sont sur la table
Le projet microbeads, suivi de la position art & culture, une soirée thématique sur la Palestine, un bar lors de la Nocturne des coteaux de la Citadelle mais aussi des actions pour une mobilité plus douce, de la sensibilisation lors de la journée des luttes paysannes et du village associatif Retrouvailles et, surtout, l’événement incontournable d’écolo j Liège : LE bar au 1er mai place Saint-Paul.

écolo j Liège ne se limite pas à organiser des événements
Un travail de fond est réalisé pour améliorer la communication interne pour que celle-ci soit plus simple, plus dynamique et plus ciblée. Chose qui n’est pas facile à réaliser quand certaines habitudes sont ancrées et qu’on manque de temps pour le faire comme on le souhaite.

Pas besoin de mentionner que dans notre régionale, comme dans d’autres, chacun.e a sa place, chacun.e a son mot à dire et tout le monde est bienvenu.

Pendant les périodes plus calmes, on commence à ressentir un manque car écolo j ce n’est pas juste un mouvement de jeunesse politique, ce sont aussi des liens d’amitié. D’ailleurs, comment ne pas terminer un texte sur écolo j Liège par son célèbre slogan : fais la fête, change le monde, bois local !

Anatole Franck

 

Grande chasse aux trésors pour découvrir les positions d’écolo j

pictoEnActionLe dimanche 3 septembre, écolo j Huy-Waremme organisait une chasse aux trésors ! Les membres écolo j étaient au rendez-vous pour cette après-midi de folie mêlant réflexion, découverte et amusement. Au programme, découverte des positions d’écolo j, de la ville de Huy mais aussi dégustation de produits locaux.

Allons bloquer le 10ème plus grand émetteur de CO2 d’Europe !

pictoEnActionFin août, des membres d’écolo j se rendaient pour la seconde fois en Allemagne afin de bloquer le 10ème plus grand émetteur de CO2 d’Europe, la mine de charbon d’Ende Gelände.

L’objectif de l’action était de dénoncer les injustices liées aux changements climatiques.

La dynamique s’est poursuivie lors de la COP 23 à Bonn en Allemagne début novembre !

Édito | Décembre 2017

pictoEdito

L’histoire du conflit israélo-palestinien est longue et complexe. Intérêts religieux, économiques, géostratégiques et territoriaux (dont l’accès au pétrole et à l’eau) s’y entremêlent. Cependant, ce conflit est avant tout territorial et politique.

Les deux camps ont des souhaits parfois incompatibles sur lesquels ils restent parfois inflexibles. Certains négociateurs ont engrangé des accords de paix en proposant des compromis qui n’ont pas été acceptés par les représentants politiques et/ou les factions armées (ex: Initiative de Genève, 2003). Israéliens et Palestiniens ont en effet beaucoup de mal à définir une stratégie de paix au sein même de leur communauté. Les territoires palestiniens sont divisés entre le Hamas dans la bande de Gaza et le Fatah en Cisjordanie; eux-mêmes parfois en désaccord entre leur section politique et leur section armée. Du côté d’Israël, une frange de la population s’oppose ouvertement à la politique de colonisation.

Si on peut trouver des torts aux deux camps, leurs responsabilités ne peuvent pas être mises sur un même pied d’égalité en raison des moyens armés, des techniques colonialistes et de la main-mise sur la destinée du peuple palestinien dont Israël jouit. Bien plus qu’un conflit, il s’agit d’une oppression unilatérale.

Les nombreux intervenants extérieurs n’ont globalement pas apaisé les tensions. Le soutien inconditionnel des États-Unis (et de divers mouvements sionistes en Europe) apporté à Israël empêche d’émettre à son égard des sanctions à la hauteur du non-respect des droits de l’Homme constaté. Deux exemples interpellants: les États-Unis investiront 38 milliards $ (en armes américaines) entre 2019 et 2028 et le soutien moral du président français actuel et du précédent à Israël. La position géostratégique d’Israël comme allié partageant les valeurs occidentales au Moyen-Orient ne semble pas plus que l’économie pouvoir expliquer le soutien occidental à Israël, vu les tensions que cela suscite avec les autres États du Moyen-Orient. La force d’Israël réside clairement dans sa diaspora et dans le potentiel moral mobilisable dont elle bénéficie. Aucun autre État ne pourrait violer 34 résolutions de l’ONU sans subir la moindre sanction.

Michaël Horevoets, rédacteur en chef

Appel à rédaction pour le prochain JUMP : Palestine

picto appel a redac

écolo j s’est toujours beaucoup indignée de la situation subie par le peuple palestinien. Un voyage sur place a d’ailleurs été organisé pour se rendre compte de la situation en novembre 2016. Le JUMP#21 propose de faire le point sur la situation.

Il y a quelques jours, un bien peu joyeux anniversaire a eu lieu. Il s’agit des 50 ans de l’occupation de la Palestine.

écolo j s’est toujours beaucoup indignée de la situation subie par le peuple palestinien. Un voyage sur place a d’ailleurs été organisé pour se rendre compte de la situation en novembre 2016.

Le JUMP #21 propose de faire le point sur la situation.

Tu souhaites y rédiger un article ? Envoie-nous un mail à jump@ecoloj.be !

Dans cette optique, nous t’invitons à être imaginatif.ve sur la forme. Le catalogue papier sera complété par notre blog qui peut recueillir des vidéos, photos et textes. Des liens HTML peuvent également intervenir. N’hésite donc pas à créer un reportage photo, un micro-trottoir, une interview filmée, à partager de la musique, des films et courts métrages en lien avec le sujet. Tu peux aussi te filmer en train de réaliser une recette de cuisine…

Voici quelques propositions de sujets qui peuvent t’inspirer pour participer à l’écriture du dossier :

  • Concernant la situation politique et historique

    • La colonisation

    • L’histoire de la conquête (guerre des six jours) et des différentes interventions armées

    • Le contexte international (action, inaction des gouvernements étrangers)

    • L’archéologie israélienne et ses objectifs politiques

  • Concernant la vie quotidienne des palestiniens

    • La question de l’eau en Palestine

    • Les camps de réfugiés palestiniens

    • L’enfance en Palestine

  • Concernant la résistance à l’occupation

    • La résistance palestinienne

    • Les prisonniers palestiniens, les détentions administratives, etc.

    • Les actions de la société civile (BDS : Boycott – Désinvestissement – Sanctions, etc.)

    • Le travail des ONG

    • Les refuzniks israéliens

Tu peux aussi rédiger un article hors-dossier :

  • Palmes et navets : cette rubrique est une brève explication de 2 ou 3 évènements d’actualité auxquels tu décernes une palme (car tu les estimes très positifs) et de 2 ou 3 évènements d’actualité auxquels tu décernes un navet (car tu penses qu’ils sont négatifs)

  • Billet d’actu : réflexion sur un phénomène d’actualité (en lien avec l’écologie politique, de préférence)

  • Coin détente : comme son nom l’indique, un article sur un sujet de détente !

  • Courte critique d’un livre ou d’une bd (en rapport avec la thématique du dossier si possible)

  • Courte critique d’un film, d’une pièce de théâtre ou d’un documentaire (en rapport avec la thématique du dossier si possible)

  • Recette de saison : la belle saison est de retour, régale-nous avec les produits du jardin ! Pourquoi ne pas nous faire découvrir une spécialité palestienne ?

  • « Do It Yourself » : idées pour réaliser des objets/choses soi-même : fabrique ton propre savon, confectionne tes propres fringues, récupère des objets pour leur donner une nouvelle vie et/ou une nouvelle fonction, réalise ton vermi-compost, etc.

Inspiré.e pour écrire un article ou par l’une des rubriques hors-dossier ? Envoie tes propositions de sujets, ou tes questions, à Michaël via l’adresse jump@ecoloj.be ou par téléphone au 0496/84.32.73. Au vu de la taille fixe des pages du JUMP, tu connaîtras ainsi la taille maximum pour ton texte.

DEADLINE : les articles sont à envoyer pour le dimanche 16 juillet 2017 au plus tard !

Il est important de nous informer dès que possible si tu souhaites écrire un article, ainsi que de son sujet, afin que nous puissions coordonner au mieux la rédaction de cette nouvelle diffusion du JUMP.

Un tout grand merci à tous nos rédacteurs et à toutes nos rédactrices !

Michaël Horevoets

Sirop de fleurs de sureau

pictoCoinCuisine

La nature est drôlement bien faite. Surtout pour les gourmands ! La saison de l’ail des ours se termine à peine et voilà que les fleurs de sureau sont déjà prêtes.

A l’occasion d’une jolie petite promenade en campagne, cueillez des ombelles de sureau. Choisissez-les bien ouvertes mais encore blanches. Vérifiez déjà de ne pas cueillir celles qui sont infestées de pucerons, ça facilitera la suite des opérations. De retour chez vous, secouez les ombelles afin d’en déloger tous les petits insectes. Nous ne sommes de loin pas les seuls à apprécier ces fleurs ! Il faut ensuite prélever les fleurs du bout des doigts. A chacun sa technique pour garder le moins possible de petites tiges vertes qui ne donnent pas très bon goût. C’est l’étape la plus fastidieuse, mais courage, ça en vaut largement la peine !

Pour 4 litres de sirop environ, il faut :

  • 12 à 15 ombelles de sureau, suivant leur grandeur
  • 2 litres d’eau
  • le jus de 2 citrons
  • 2 kilos de sucre (de canne pour moi, comme d’habitude !)
  • 40 grammes d’acide citrique (se trouve facilement en pharmacie)
  1. Réunir les fleurs de sureau dans un grand récipient et verser l’eau bouillante par dessus.
  2. Ajouter le jus de deux citrons et couvrir. Laisser macérer cette préparation pour 2 à 4 jours à température ambiante, en remuant de temps en temps.
  3. Bien filtrer et rajouter le sucre. Chauffer en remuant pour bien dissoudre le sucre. Lorsque le liquide arrive à ébullition, éteindre le feu et ajouter l’acide citrique. Bien mélanger puis verser le sirop dans des bouteilles préalablement lavées (voire stérilisées) et chauffées.
  4. Fermer immédiatement et laisser refroidir.
  5. Conserver le sirop à la cave et une fois la bouteille ouverte, au réfrigérateur.

NB: Le sucre de canne donne une jolie couleur ambrée au sirop.

Vous pouvez l’utiliser pour aromatiser des desserts, mais c’est également délicieux avec de la bière blanche, de l’eau plate ou gazeuse ou du vin blanc.

Source : Dans la cuisine des frangines !

VOIR | Le Meufisme

pictoCoinDetente

Le Meufisme, ça fait maintenant depuis plusieurs années que ça dure : trois saisons, 24 épisodes, des millions de vues en cumulé et plus de 200 000 d’abonnés.

C’est déjà un beau succès mais on s’est dit qu’on allait en parler pour vous proposer de découvrir ce beau projet léger mais pas moins pour autant efficace et l’aider à progresser encore.

A notre connaissance, dans le monde déjà restreint de l’humour féminin (sur Youtube), c’est le seul qui ait osé se lancer sur le mode d’un féminisme pragmatique, humoristique et … empathique.

Souvenons-nous de cet enseignement fondamental du cercle des poètes disparus : savoir voir les choses sous un autre angle ! Les hommes et les femmes n’ont pas le même vécu. Et l’empathie du meufisme consiste à rapprocher les genres plutôt qu’à les séparer. Elle amène les femmes à se sentir mieux comprises non seulement par les hommes mais aussi entre elles car c’est toujours agréable de voir qu’on est plusieurs à vivre la même chose.

Loin de partir d’une démarche académique où on chercherait à mettre sur vidéo des concepts théoriques, c’est leur vie de « meuf » qu’elles ont filmé et mis en ligne sur Youtube. Et cela avec une écriture souvent drôle et touchante.

Si les hommes sont jusqu’à 40% de l’audience de certaines vidéos (ce qui n’était pourtant pas le but recherché ou espéré), certains y verront la preuve que c’est forcément « raté » (puisque les hommes aiment), d’autres, au contraire, y verront la preuve que le Meufisme, ça marche, ça peut se voir et se débriefer en couple et c’est vraiment utile en plus de faire rire. Nous sommes sans hésiter de la seconde école.

Techniquement, la qualité est toujours présente et on voit qu’on a à faire à des professionnelles. Des thèmes très larges ont été abordés sans que ne soit oublié le fil conducteur de la relation de couple qui avance au fil des saisons. On n’est pas là pour recevoir un cours mais pour rire tout en s’émouvant pour une histoire d’amour qui nous concerne aussi.

La saison 4 arrivera bientôt (pas de date annoncée sinon qu’elle est en préparation) mais je ne doute pas qu’elle continuera sur le même ton et le même rythme que précédemment. En attendant, si ce n’est encore fait, foncez voir les épisodes déjà parus et faites les découvrir autour de vous.

En voici une petite sélection forcément très subjective :

Aurian Bourguignon

VOIR | Moonlight

pictoCoinDetente

Être gay. Être noir et gay. Être un gangster, noir et gay.

Ce n’est au final pas le propos du film. Mais si. La Pride est sans frontières cette année et c’est ce que revendique ce film. Ce n’est pas une histoire de coming-out, c’est une histoire d’amour. Parce que l’amour n’a pas de frontières. Parce que l’amour ne pose pas de questions. Moonlight, c’est oser demander, se demander  puis-je oser m’affirmer ?  Qu’est ce que c’est au final la Thug life ? Est-ce oser dire ?

Moonlight est ce que l’on espère une revendication. Je vous le conseille sincèrement parce que ce film nous permet de nous interroger. Nous interroger sur jusqu’où on est prêt à se battre sur les droits de nos amis. Ça pourrait être moi, ça pourrait être nous. Bref, je vous conseille vivement ce film.

Esther Ingabire

VOIR | 5 sites qui nous parle de féminismeS

pictoCoinDetente

  1. Femmes Plurielles

Tout fraichement débarqué sur le web, le magazine Femmes Plurielles a lancé son webzine le 21 mars. On y retrouve des articles de fonds, des critiques culturelles (BD, films, théâtre … ) et des BD réalisées par l’excellente blogueuse Dans mon tiroir.

Tous ces contenus permettent de rendre accessible les thématiques liées aux féminismes tels que l’intersectionalité, l’avortement, la culture du viol, le non-désir d’enfants, les stéréotypes et tant d’autres.

  1. Axelle Mag

Tout comme Femmes Plurielles, ce webzine découle du magazine féministe Axelle. Ce que j’aime particulièrement sur ce site, ce sont leurs reportages de terrains qui mettent en lumière des problématiques très spécifiques desquelles j’avais peu conscience avant (condition de travail des technicien-nes de surface à l’ULB, combat des coiffeuses sans papiers…).

Seul bémol, pour lire certains articles, il faut être abonné-es.

  1. Paye ta Schneck et consoeurs

Paye ta Schneck prend la forme d’un Tumblr. Ce blog et tout ceux qui en ont découlés (Paye ta fac, Paye ta robe, Paye ton sport, Paye ton couple …) recensent les témoignages très courts de femmes (cis et trans) qui ont vécu le sexisme ordinaire dans la rue ou dans chacun des milieux spécifié (l’université, le barreau, la salle de sport…).

Chacun de ces blogs permets aux “victimes” de témoigner dans l’anonymat et d’exprimer un ras-le-bol général. Après ça, plus question de dire que ce sont des phénomènes isolés !

  1. Cheek

Dés que j’ai découvert ce webzine j’ai été séduite. Quelques articles “maison” qui traitent les sujets féministes en profondeur, mais aussi plein de relais de très bons articles écrits par d’autres sites et de vidéos à voir absolument, le tout sur un ton léger et très accessible.

  1. Simonae

Tu as a déjà consulté ces quatre sites et tu veux aller plus loin ? Simonae est une plateforme vraiment très riche. Tu y trouveras plein d’analyses écrites par des féministes bénévoles aux profils variés.

Avec Simonae, ta soif de savoirs sur les questions de genre ne pourra qu’être abreuvée !

Mana