Focus sur écolo j ULB

pictoFocusSurSi écolo j ULB possède toujours une coprésidence, celle-ci n’a plus réellement de valeur car le cercle tente de fonctionner en autogestion où chacun-e peut participer aux prises de décisions et s’investir sur les différentes activités que nous menons.

La clé du succès réside dans un partage total des informations provenant d’écolo j fédéral, des autorités de l’ULB ou encore des autres cercles, ainsi que dans l’entente, la confiance et l’amitié qui existent entre l’ensemble des membres, nouveaux/elles et ancien-ne-s (nous sommes une quinzaine).

Les projets que nous menons sont nombreux, aussi bien à l’échelle de l’université tout comme au niveau fédéral ou même européen, obligeant nos membres à se réunir chaque semaine pour maintenir un tel rythme d’activité sans que la prise de décision ne finisse par être monopolisée par la coprésidence.

écolo j ULB est ainsi présente depuis le début, en février 2016, au sein du mouvement Non à la hausse du minerval des étudiant-e-s hors UE afin de lutter pour un enseignement démocratique et solidaire et contre l’élitisation de l’université, participant à des actions d’affichage de calicots géants sur des bâtiments emblématiques de l’ULB, à des occupations du service des inscriptions, à la perturbation du discours de rentrée du recteur pour dénoncer son choix d’augmenter le minerval à 4175€, et même à une manifestation générale. Dans la même veine, nous nous mobilisons contre la venue de McKinsey à l’ULB et sa vision de marchandisation de l’enseignement supérieur.

Depuis plus d’un an, nous tentons de convaincre les autorités de l’ULB de désinvestir des énergies fossiles via leur fonds de pension, une politique que nous avons dénoncée à travers l’affichage d’un calicot géant le jour des portes ouvertes ! Une plateforme ULB Fossil Free verra bientôt le jour, regroupant divers cercles de l’ULB pour augmenter la pression.

Vous avez entendu parler des actions à Bruxelles contre les traités de libre-échange et leurs instigatrices, les multinationales ? L’ensemble des membres d’écolo j ULB y participent depuis le lancement de la campagne TTIP GAME OVER, au nom de la défense de la démocratie, de l’environnement et de notre opposition au capitalisme néolibéral.

Enfin, sept de nos membres sont parti-e-s en Cisjordanie en novembre 2016 et sont revenu-e-s plus déterminé-e-s que jamais à lutter pour la liberté de la Palestine occupée : de nombreuses actions sont à prévoir dans les prochains mois ! Free Palestine !

Simon Watteyne