RENCONTRE | De crise en crise – l’écologie politique comme solution (à Liège)

Une rencontre – débat avec Patrick Dupriez à l’UCL et l’ULg

Sauf si on vit seul.e dans une grotte au milieu des bois, force est de constater que notre monde est confronté à de multiples crises : crise environnementale, crise économique et de l’emploi, crise migratoire, de l’alimentation, crise politique et géopolitique, crise de l’Europe, etc.

Bref, difficile de garder son optimisme envers l’avenir … Mais l’écologie politique ne serait-elle pas la solution à toutes ces crises ? Comment ce courant d’idées pourrait répondre aux défis du 21ème siècle ? C’est à cette question que Patrick Dupriez, co-président d’ECOLO, tentera de répondre à travers une soirée interactive et conviviale qui permettra à tout le public de soulager ses interrogations.

Entrée Gratuite !

 

Soirée thématique | La solidarité, bientôt de l’histoire ancienne ?

Une soirée sur l’avenir de notre modèle social…

Reports de soins, pénuries d’infirmièr.e.s et burn out des soignant.e.s, difficultés d’accès à la médecine pour les plus fragiles, hôpitaux poussés à la rentabilité…

Quels changements sont-en cours ? Quel lien entre santé et environnement ? Qu’est-ce qui empêche la santé pour les plus fragiles ? Et demain, la solidarité sera-t-elle encore au cœur de notre santé ?

Discutons-en le jeudi 19 avril à 19h avec nos 3 intervenant.es !

Où ? Auditoire H2214 à l’ULB

Event Facebook

Un rendez-vous ouvert à tous !

 

CONFÉRENCE | Vélo à Bruxelles

« Bandes cyclables suggérées » ignorées des automobilistes, pistes cyclables séparées qui s’arrêtent soudainement ou encore partage difficile de l’espace sur la voirie avec bus, tram et voitures; les aménagements cyclables bruxellois défient parfois les lois de la logique et de la vie pratique.

Que vous soyez cycliste ou non, écolo j Bruxelles vous invite à venir débattre des aménagements cyclables en compagnie :

  • Pascal Smet, le Ministre bruxellois de la Mobilité ;
  • Florine Cuignet, chargée de politique bruxelloise du GRACQ ;
  • Annelies Kums et Stéphanie van Doosselaere, Pyblik Bxl
  • Eric Quinet, SumProject
  • Bernard van Nuffel, échevin de l’espace public à Jette

La COP 23, pour y faire quoi ?

pictoActu

Victoire, le monde est sauvé ! C’est ce que proclamaient fièrement les leaders politiques du monde, lorsqu’en 2015 l’accord de Paris fût conclu . Mais le monde est-il pour autant sauvé et les problèmes climatiques réglés ? La réponse est évidente : non. Si le monde est en péril, c’est qu’il reste encore beaucoup à faire.

1. Les engagements volontaires des pays pour diminuer leurs émissions sont insuffisants. L’analyse de ces engagements par le monde scientifique montre un réchauffement climatique allant jusqu’à près de +4°C à la fin du siècle, alors que l’Accord de Paris mandate les pays du monde à limiter le réchauffement climatique bien en deçà des +2°C.

Objectif pour les années à venir : réviser les engagements volontaires pour atteindre l’objectif de l’accord de Paris. Pour ce faire, un dialogue de facilitation est programmé en 2018, lors de la COP24. Cependant les modalités de cet évènement sont encore à définir. La COP23 devra faire des avancées significatives dans la définition de cet évènement important.

2. Limiter le changement climatique, dont la cause est liée aux activités humaines nécessite la transition de notre économie vers une économie bas carbone. En ce point l’objectif de Paris est clair, sans toutefois établir de calendrier ou de méthode. En effet, si l’accord de Paris établit un cadre global d’actions et d’objectifs, il ne précise pas les modalités de mise en œuvre. Or, sans consignes et règles de mise en œuvre, l’accord de Paris reste une coquille vide.

Objectif pour les années à venir : définir les modalités de mise en œuvre de l’accord de Paris. Puisque l’accord s’applique pour les années 2020 et suivantes, il est impératif de régler toutes les modalités opérationnelles avant 2020. La COP23 devra avancer dans les modalités de mise en œuvre de l’accord, l’approbation de ces modalités est prévue l’année prochaine lors de la COP24.

3. La responsabilité historique des pays industrialisés et la responsabilité grandissante des pays émergents doit pouvoir contribuer à la production de moyens pour d’une part lutter contre les effets du changement climatique et d’autre part réduire les émissions responsables du réchauffement. Aujourd’hui, les pays les plus vulnérables sont également les plus pauvres et les besoins de financement sont gigantesques.

Objectif pour les années à venir : concrétiser le financement climatique international et la promesse des pays développés à fournir dès 2020 100 milliards de dollars par an. La lutte contre le changement climatique passe par du financement, mais surtout par la réorientation des investissements comme par exemple le désinvestissement des énergies fossiles. La COP23 doit être le moment pour conserver ce momentum politique et maintenir la pression.

La COP23 ne sera une réussite que si la pression reste maximale et si la société civile reste mobilisée. Cette année, les îles Fidji assureront la présidence de la COP. Des îles vulnérables et dont l’avenir se joue aujourd’hui. Bien qu’au final, l’avenir de nous tou.te.s se joue dès à présent.

Nicolas Raimondi

La COP23 s’est déroulée à Bonn du 6 au 17 novembre 2017. écolo j et Jong Groen s’y sont rendus le 4 novembre pour maintenir la pression !

CONFÉRENCE | Le nucléaire en question

ConfNucl_CarreSITEPour clore cette année académique, le cercle écolo j section ULB propose de se pencher sur une thématique complexe tant sur le fond que sur la forme : le nucléaire.

Le Docteur Fulcieri Maltini, ancien ingénieur à Tchernobyl, qui apportera son éclairage sur les accidents de Tchernobyl et plus récemment de Fukushima. Si le nucléaire apparait à certains comme une solution énergétique viable, il est loin d’être exempt de risques ; en témoignent, par exemple, les inquiétudes que provoquent les 6 réacteurs belges dans les pays limitrophes.

Une militante de Bure. Bure est une commune française qui a été choisie il y a 20 ans par l’État français pour qu’y soient enterrés des déchets nucléaires radioactifs. Des militant.e.s occupent depuis la zone et sensibilisent sur les dangers que comporte l’exploitation nucléaire dans l’ensemble de ses étapes.

Envie d’en savoir plus sur Bure ?

CONFÉRENCE | Les logiciels libres

MonsLogicielsLibres_CarréSITELes chiffres le montrent, de plus en plus de monde se tournent vers les logiciels libres non seulement en raison de leur avantage économique mais aussi de leur approche transparente et solidaire. Grâce à ce développement, la liste des logiciels libres s’allonge et permet maintenant de trouver une alternative à la majorité des services proposés par les géants d’internet.

Tu peux t’inscrire sur l’Evenement Facebook

écolo j Mons réinvente l’économie

pictoEnAction

Le 9 mai dernier, écolo j Mons co-organisait, avec l’Association Culturelle et le Cercle Philo de l’UCL Mons, une conférence intitulée : De la ligne au cercle : réinventons l’économie !

La soirée a permis de mieux voir quelles sont les approches futures et les pistes que nous pouvons exploiter afin d’améliorer notre système économique !

L’ULB doit désinvestir des énergies fossiles !

ulbDesinvestpictoEnActionécolo j ULB se lance dans une campagne pour inciter l’ULB à désinvestir des énergies fossiles. Elle organisait une conférence sur le sujet le 22 octobre avec B. Bayot de Financité et M. Balcaen de Greenpeace.   Elle a également écrit au conseil d’administration de l’ULB pour le convaincre de l’importance de désinvestir.

Conférence sur le TTIP organisée par écolo j Liège et ULg

pictoEnActionCette fois, c’est des répercussions pour l’économie et les PME dont il a été question lors de cette conférence sur le TTIP organisée le 23 avril par écolo j Liège et ULg. En conclusion : « utiliser les PME comme argument publicitaire pour faire avaler la couleuvre, ça ne tient pas la route » (A. Deplae, UCM).