Filtrer l'accès aux études de médecine : une solution injuste et absurde !

Filtrer l'accès aux études de médecine : une solution injuste et absurde !
Fédéral
Thématique(s) de l'article :
Face à  la problématique des numéros INAMI, d'aucuns proposent de filtrer l'accès aux études de médecine. écolo j rappelle sa ferme opposition à  toute forme de sélection dans l'enseignement supérieur et souligne que cette solution pourrait même s'avérer absurde dans le cas des études de médecine.

Face à  la problématique des numéros INAMI, les doyens des facultés de médecine francophones se sont récemment prononcés pour l'instauration d'un examen d'entrée conditionnant l'accès aux études de médecine. La question fait débat parmi les étudiants dont certains représentants se sont opposés à  l'examen d'entrée, mais semblent prêts à  discuter de systèmes de régulation en cours de première année1. Les ministres fédéraux et communautaires, quant à  eux, se dirigent vers une solution en deux temps. Dans l'immédiat, ils proposent d'immuniser les étudiants actuels en opérant un lissage négatif pour les générations futures (les numéros excédentaires attribués cette année seront déduits les années suivantes). A terme, ils ouvrent la porte à  l'instauration de filtres à  l'accès aux études pour les générations suivantes.

Dans l'immédiat, écolo j défend une solution qui repose sur un lissage positif. Ce dernier immunise tous les étudiants en cours d'études, sans compromettre ceux qui entameront leur parcours après 2015. A long terme, écolo j s'oppose à  un quelconque système qui aurait pour résultat de filtrer les étudiants. En effet, ces filtres sont injustes. Ils ne font que refléter les inégalités de l'enseignement secondaire qui sont souvent elles-mêmes directement liées aux inégalités socioéconomiques et socioculturelles des élèves fréquentant les établissements scolaires.

Une solution doit être trouvée au problème des numéros INAMI qui menace les étudiants actuels et futurs. Toutefois, écolo j s'oppose à  l'adoption, dans la précipitation, d'une solution injuste et privilégie une réflexion sur le long terme, basée sur des constats objectifs. C'est pourquoi, écolo j plaide pour la finalisation rapide du cadastre de l'offre médicale qui est actuellement en cours de réalisation. A l'heure actuelle, certains éléments de ce cadastre, dévoilés par voie de presse, semblent témoigner d'une pénurie de médecins qui risque de s'aggraver dans les années à  venir. Ainsi, en plus d'être injuste, le système de filtre actuellement privilégié pourrait s'avérer tout bonnement absurde.

1Voir notamment la carte blanche datée du 6 décembre 2014 et publiée par LeSoir.be.

Article précédent Article suivant
Partager l'article
Nos thématiques

Nos thématiques