Omniplastique

Omniplastique
ULG
Thématique(s) de l'article :
Depuis un an, écolo j ULg se mobilise pour le tri des déchets : actions au sein de la cafétéria de l'université, diffusion du film Plastic Planet et une table-ronde omniplastique. Afin de poursuivre le débat et la réflexion, voici le témoignage d'Anatole, coprésident d'écolo j Liège et intervenant durant cette table-ronde. Il nous raconte pourquoi et comment il est passé au zéro déchet et ses conseils !

Zero waste, partie de la solution

Zero waste (zéro déchet), cradle to cradle (du berceau au berceau), circle economy (économie circulaire), des termes que nous entendons de plus en plus.

Zero waste est une manière de consommer. Littéralement “zéro perte” ce que nous appelons zéro déchet. Sous ce terme, on entend de ne pas gaspiller de matières premières et donc de ne pas créer des déchets non recyclables. L'objectif est atteint en diminuant toute production de déchets dans la vie quotidienne. Plus concrètement des emballages à usage unique et des produits de mauvaise qualité qui s'usent rapidement.

Le résultat de cette nouvelle manière de consommer est une vie quotidienne simplifiée avec un impact environnemental limité dans laquelle Il ne faut plus faire des choix obsolètes. Cela rend la vie mentalement plus légère.

Comment tout a commencé pour moi ?

Pendant mes études supérieures, pour le cours d'Anglais, nous devions regarder quasiment chaque semaine des documentaires et en discuter en cours. En deux ans, j'ai donc vu beaucoup de documentaires sur des problématiques politiques, marketing et environnementales. J'étais de plus en plus conscient que notre manière de vivre actuelle n'est pas durable et qu'elle doit changer, mais comment ? Pendant un de ces étés, j'ai lu le livre "This changes everything" de Naomi Klein, une journaliste québécoise qui a déjà écrit plusieurs livres comme ”No logo” et “The shock doctrine”. Des livres sur l’influence des entreprises sur notre vie quotidienne, la politique actuelle, l'environnement et l'économie mondiale. J'en étais convaincu : il faut faire quelque chose, ça ne peut pas continuer comme ça.

J'ai commencé à liker des pages Facebook de plusieurs organisations qui se mobilisent pour un monde meilleur et c'est comme ça que j'ai rencontré Laurent Singer. À ce moment, une étudiante new-yorkaise qui a le blog "Trash is for tossers". C'est elle qui m'inspira pour tenter le pari du Zero waste. J’ai découvert un nouveau monde.

C'est simple

Le Zero déchets est pour tout le monde et va bien avec le minimalisme. C'est un peu plus facile quand on est végétarien, mais on peut très bien le faire quand on mange de la viande aussi.

Je n'ai pas vécu Zéro déchet du jour au lendemain. À ce moment j'habitais encore chez ma mère. C'est surtout elle qui faisait les courses. C'était difficile de convaincre ma famille d'acheter moins de produits sur emballés et moins de bouteilles en plastique. Ils créent toujours des déchets, mais moins qu'avant.

Cette nouvelle manière de consommer ou l’on devient consomacteur, demande une adaptation au début, mais c'est satisfaisant autant au court terme qu'au long terme. On découvre de nouvelles choses et on sait qu'au long terme c'est non seulement bénéfique pour l'environnement, que pour la santé mentale et physique mais aussi pour le porte-monnaie.

Qui participe au Zéro déchet ?

Moi-même je connais quatre personnes qui vivent zero waste ou sont en cours de transition. Chaque année en Belgique de nouvelles épiceries sans emballages ouvrent les portes. Prochainement, la Région wallonne soutiendra 10 communes qui auront un plan zéro waste pour diminuer la production de déchets considérablement. Zero waste Europe a commencé plusieurs projets en Espagne et en Italie par exemple. Lubiana, la capitale de la Slovénie est la première ville Européenne qui a un plan zéro déchet pour 2025. Ce mode de vie prend donc de plus en plus d'ampleur et fera sûrement partie de la consommation du futur.

Pas encore convaincu ou besoin de plus de raisons ?

Comment commencer ?

Posez-vous d’abord cette question : Pourquoi est-ce que je veux participer au zéro déchet ?

Est-ce que c'est pour des raisons environnementales ? Est-ce que je veux tout simplement tenter un nouveau challenge ? Est-ce que je veux mettre plus d'ordre dans ma vie ? Est-ce que je veux faire partie des  early adopters pour donner l'exemple à mes amis et ma famille?

Choisisez vous-même par où commencer. Faites-le pas à pas. Et n'oubliez pas : chaque effort compte. Acheter, c'est voter : vous montrez avec quoi vous êtes d'accord. (manière de production, genre de commerce, éthique...) Partagez vos expériences et vos progrès avec votre entourage, ce sont des changements positifs que vos amis et votre famille peuvent savoir.

Food

  • Prenez un sac réutilisable où que vous allez et refusez les sacs en plastique que l'on vous donne. (D’autant plus que leur interdiction totale est mise en route en Wallonie.)
  • Utilisez une bouteille réutilisable ou un thermos pour de l'eau ou d'autres boissons froides ou chaudes. (De préférence en verre ou en inox : c'est le plus hygiénique) Vous vous y habituerez facilement, car les bouteilles en plastiques donnent un mauvais goût au contenu et vous sembleront vites cheap.
  • Prenez votre lunch dans une boîte à tartine ou un bocal. C'est très pratique si le contenu pourrait couler. 
  • Évitez des boissons sucrées et sucreries du supermarché, faites-les vous-même, allez à la boulangerie de temps en temps ou achetez vos boissons sucrées en canette ou bouteilles consignées.
  • Aux soirées, demandez vos boissons sans pailles et prenez votre propre paille réutilisable en inox si c'est nécessaire.
  • Faites vos courses dans un magasin sans emballage ou au marché tout en amenant vos propres emballages réutilisables (sacs en coton léger, bocaux...)
  • Prenez votre sac à pain réutilisable à la boulangerie, vous recevrez que de réactions positives.
  • Allez chez le fromager avec vos récipients réutilisables (boîte en inox poli par exemple)
  • Pour la viande, vous pouvez aller chez un boucher le jour même de la consommation.

Non-food 

Les nouveaux électroménagers sont souvent sur emballés et fabriqués dans de pays lointains (Asie)

  • Préférez une production plus locale (Europe) et un emballage en papier ou carton dans les mesures du possible.
  • Regardez si vous ne trouvez pas un article semblable en 2eme main. Il y a une grande offre de chose quasiment neuve, vous ferez même des économies.
  • Pensez au long terme : préférez des produits de meilleure qualité qui ne se retrouveront pas à la poubelle déjà après deux ans. L'économie du jetable et chère.

http://www.buymeonce.com/

Fashion

La mode peut être un passe-temps amusant, mais avoir un style est beaucoup plus satisfaisant. Préférez des tissus naturels. Ils régulent mieux la température de notre corps. Les tissus synthétiques (provenant du pétrole) comme le polyester vous feront plus transpirer et sont de grands pollueurs des océans. À chaque fois que vous lavez un vêtement, des fibres du tissu se retrouvent dans l'eau. Les matières synthétiques ne se dégradent pas et remontent la chaîne alimentaire jusqu'à vos assiettes.

Cuisine et salle de bains

Vous trouverez une alternative à tout : lames de rasoirs jetables, cotons-tiges, brosses à dents, tampons, cosmétiques exfoliants avec microbeads (microbilles)... Filme plastique, papier aluminium, pailles jetables, boîtes en plastique... Jetez un coup d'oeil sur le blog trash is for tossers ou demandez conseil aux vendeuses d'un magasin sans emballage.

Exceptions

Définissez vos propres objectifs et limites, il faut que ça reste une découverte agréable.

Finance

Si nous consommons tous Zero waste dans le sens littéraire de zéro déchet, cela nous coûtera moins cher au long terme. L'économie du jetable est une économie qui comprend beaucoup de coûts cachés que vous ne payez pas à l'achat du produit, mais bien par nos taxes. Pour les subsides octroyés aux entreprises pétrolières et leurs pollutions. Pour la récolte, le traitement des déchets et leurs pollutions. Pour les océans que nous allons devoir nettoyer et l'eau qui est de plus en plus difficile à rendre potable...

Tous des coûts que nous pouvons éviter, tout en améliorant notre qualité de vie en vivant Zero waste. Moins de déchets dans les rues, dans la nature et dans la mer donc moins de ramassage de déchets. Moins de déchets a incinérer donc de l'air de meilleure qualité. 

En consommant une alimentation biologique qui a reçu le temps de pousser comme il le faut, vous serez en meilleure santé et n'aurez pas besoin de suppléments alimentaires. En plus, l'eau potable sera moins polluée et on évitera l'extinction des abeilles. Sans abeilles, pas de nourriture à moins que des humains pollinisent chaque fleure une a une. Un autre avantage est que de cette manière, nous soutenons une économie plus locale, ce qui aura comme résultat de créer de jobs plus locaux. Moins de transport donc moins de coûts et un air plus propre.

Oui, certains produits plus durables sont plus chers à l'achat, mais sont souvent plus rentables au long terme grâce à leur durée de vie plus longue. En acquérant certaines machines ou objets en deuxième main, vous rééquilibrez votre budget. En ce qui me concerne, je suis convaincu. Personnellement je dépense quasiment autant pour l'alimentation qu'avant via le super marché. La différence est qu'elle est de meilleure qualité, je ne jette plus de nourriture. Depuis je suis très rarement malade (moins d'une fois par an). Un autre mode de vie qui est également intéressant est le minimalisme.

Le but est d'être plus heureux en vivant plus simplement. Nous faisons tous les jours beaucoup de décisions qui n'ont que peu d'importance. Inlassablement, cela nous fatigue. Évitez des objets que vous n'utiliserez que quelques fois, dépensez plutôt pour des expériences que des objets. Ce qui compte ce sont les souvenirs que vous crées avec vos amis et la famille.

Anatole Franck

 

 

Article précédent Article suivant
Partager l'article