Portrait | Vandana Shiva

Portrait | Vandana Shiva
Fédéral
Thématique(s) de l'article :
Le Selflove gang lance une série de portraits : des femmes, des féministes, des ouvrages, des films...

Vandana Shiva est une écologiste, féministe, philosophe, physicienne et écrivaine, née le 5 novembre 1952 à Dehradun. Cette Indienne termine un master de physique en 1974 à l’Université du Panjab, poursuit un master de philosophie des sciences à l’Université de Guelphe en 1977 puis obtient son doctorat à l’Université de Western Ontario en 1978. Vandana Shiva reçu le prix Nobel alternatif en 1993.

Elle dirige toujours the Research Foundation for Science, Technology and Ecology qu’elle fonde en 1982 à Dehradun. En 1991, elle crée Navdanya, un mouvement pour la protection de la diversité et l’intégrité des ressources vitales qui permet la protection de fermiers et fermières et des communautés locales en Inde. Elle permit en l’occurrence la conservation de près de 3000 variétés de riz indiens.

Cheffe de file des écologistes et altermondialistes, elle combat surtout pour la promotion de l’agriculture paysanne traditionnelle et biologique. Elle se bat dans les forums internationaux pour un développement centré sur la personne et fondé sur une participation démocratique.

Elle est une des penseuses importantes de l’écoféminisme, qu’elle articule aux enjeux du développement. L’écoféminisme nait au début des années 90, dans une période post-communiste et en même temps que les mouvements altermondialistes. Elle voit le système patriarcal comme étant fondé sur une triple exploitation et appropriation : celle de la nature, des femmes et des peuples colonisés.

Elle est co-autrice avec Maria Mies d’un ouvrage important : Ecofeminism (1993). Elles y écrivent : « Partout, les femmes étaient les premières à protester contre la destruction de l’environnement. Comme militantes dans les mouvements écologistes, il nous est apparu clairement que la science et la technologie n’étaient pas neutres au niveau du genre ». Elles y critiquent le « capitalisme patriarcal » mais propose surtout d’autres possibles comme la redéfinition de l’économie, des relations à la nature, de la culture, des identités, d’un nouveau paradigme scientifique, etc.

De reconnaissance internationale, vous aurez peut-être déjà eu la chance de l’entendre dans quelques documentaires.

 

Article précédent Article suivant
Partager l'article