Sahara Occidental, l'étincelle des printemps arabes

Sahara Occidental, l'étincelle des printemps arabes
ULB
Thématique(s) de l'article :
Exposition et projection-débat

PROGRAMME

//// Du 9 au 13 mai //// Exposition au Foyer Culturel « Gdeim Izik, le campement de la dignité - Série hommage »
//// Le 9 mai 18h //// Vernissage Drink & amuses bouches offert et Mot d'ouverture.
//// Le 12 mai 18h //// Projection débat « La vie attend, referendum & résistance au Sahara Occidental»
Salle DC2.206 (Bâtiment D) Film en VOSTFR

Cette semaine est un hommage aux prisonniers politiques sahraouis et à leur détermination à se battre pour le droit et la justice.

Official Trailer: Cultures of Resistance - Feature Documentary from Cultures of Resistance Films on Vimeo.

Événement facebook

CONTEXTE

En 1975, le gouvernement marocain envahit le Sahara Occidental, alors colonie espagnole. Malgré les recommandations de la Cour de Justice et les centaines de résolutions des Nations Unies, le Sahara Occidental est toujours occupé illégalement par le gouvernement marocain.

En 2010, les violations des droits de l'Homme et le pillage des ressources naturelles, les conditions précaires dues à un statut de réfugiés qui dure depuis trop longtemps ... ammène 20.000 Sahraouis à lancer leur Intifada pacifique. D’après Noam Chomsky, il s’agit là de l’étincelle qui a embrasé les printemps arabes.

Ils se rassemblent pour protester pacifiquement contre l’occupation de leur territoire et pour la mise en application de leur droit inaliénable à l’autodétermination. Les forces de sécurité marocaines interviendront pour démanteler le camps avec violence. 25 civils sahraouis seront arrêtés, emprisonnés, torturés et condamnés par un tribunal militaire à des peines allant de 20 ans de prison à la perpétuité. Aujourd’hui encore, 6 ans après leur arrestation, ceux qui n’ont pas péri se battent toujours depuis les geôles marocaines pour un nouveau procès équitable et retrouver leur liberté. Ils viennent de terminer une grève de la faim de 37 jours. Malheureusement, l'un d'entre eux, Brahim Saika, 25 ans, aura laissé la vie dans cette bataille de longue haleine pour la justice et le droit.

Organisé par le Comité belge de soutien au peuple sahraoui, avec le soutien de écolo j ULB et Cinéphage

Article précédent Article suivant
Partager l'article
Nos thématiques

Nos thématiques