Soirée : Zéro Déchet | Retour

Soirée : Zéro Déchet | Retour
Liège
Thématique(s) de l'article :
Herstal, la salle était pleine de jeunes mais également de personnes plus âgées ; des étudiant.e.s, des couples, des pensionné.e.s. Des personnes qui viennent découvrir ce que c'est et d'autres qui font déjà la démarche mais qui ont besoin de conseils pour certains aspects. Ce soir-là, On l'a bien remarqué : ce nouveau mode de vie “zero waste” ou “zéro déchet” prend de l'ampleur en Wallonie et attire le regard des curieux.

Tous ont reçu des réponses à leurs questions grâce à Sylvie (zerocarabistouille.be), Sophie (sofille.be) et moi-même Anatole, coprésident d'écolo j Liège.

Ce mode de vie dont l'objectif est de diminuer toute production de déchets dans la vie quotidienne, résulte en une vie plus simple avec un impact environnemental limité dans laquelle il ne faut plus faire des choix obsolètes. Cela rend la vie mentalement plus légère.

Sophie Lejoly, zéro waste, RTBF : https://www.rtbf.be/auvio/detail_tendances-1-inspiration?id=2226670

Comment tout a commencé pour moi ?

Pendant mes études supérieures, pour le cours d'Anglais, nous devions regarder quasiment chaque semaine des documentaires et en discuter en cours. En deux ans, j'ai donc vu beaucoup de documentaires sur des problématiques politiques, marketing et environnementales. J'étais de plus en plus conscient que notre manière de vivre actuelle n'est pas durable et qu'elle doit changer, mais comment ? Pendant un de ces étés, j'ai lu le livre "This changes everything" de Naomi Klein, une journaliste québécoise qui a déjà écrit plusieurs livres comme ”No logo” et “The shock doctrine”. Des livres sur l’influence des entreprises sur notre vie quotidienne, la politique actuelle, l'environnement et l'économie mondiale. J'en étais convaincu : il faut faire quelque chose, ça ne peut pas continuer comme ça.

J'ai commencé à liker des pages Facebook de plusieurs organisations qui se mobilisent pour un monde meilleur et c'est comme ça que j'ai découvert la blogueuse Lauren Singer. À cette époque là, elle était étudiante à New-York et tenait le blog "Trash is for tossers". C'est elle qui m'inspira le pari du Zero waste. J’ai découvert un nouveau monde.

Je n'ai pas vécu zéro déchet du jour au lendemain. À ce moment j'habitais encore chez ma mère. C'est surtout elle qui faisait les courses. C'était difficile de convaincre ma famille d'acheter moins de produits sur emballés et moins de bouteilles en plastique. Ils créent toujours des déchets, mais moins qu'avant.

Dès que j’ai enménagé, je n’ai pas hésité une seconde et j’ai vécu zéro déchet dès le départ. Aujourd’hui, je ne pourrais pas faire marche arrière vers ce mode de vie éphémère, de surconsommation, de manipulation, de malbouffe.

C'est simple

Le Zero déchet, c'est pour tout le monde et va bien avec le minimalisme. Faites la transition à votre rythme et commencez ou vous le voulez : la cuisine, la salle de bains, la garde-robe, …

Cette nouvelle manière de consommer ou l’on devient consomm-acteur, demande une adaptation au début, mais c'est satisfaisant autant à court terme qu'au long terme. On découvre de nouvelles choses et on sait que c'est tout aussi bénéfique pour l'environnement, que pour la santé mentale et physique, que pour le porte-monnaie.

Soirée : Zéro Déchet | Retour Soirée : Zéro Déchet | Retour Soirée : Zéro Déchet | Retour Soirée : Zéro Déchet | Retour Soirée : Zéro Déchet | Retour Soirée : Zéro Déchet | Retour Soirée : Zéro Déchet | Retour Soirée : Zéro Déchet | Retour
Article précédent Article suivant
Partager l'article