Conférence | Si tu pollues, tu payes ?

Les associations Eyes on Europe, SAIES – Students’ Association of the Institute for European Studies, écolo j ULB, Délégation Specque de l’ULB et CEE&T ont eu la fabuleuse idée de collaborer afin de mettre en place la conférence « Si tu pollues, tu payes ? Le principe de pollueur payeur au sein de l’Union européenne ».

L’événement se tiendra dans le cadre de la Journée de la Durabilité organisée par ULB Environnement – Student Green Office SGO et le Service Environnement et Mobilité qui aura lieu le 24 avril !

Le Principe assez simple du pollueur-payeur au sein de l’Union européenne peut se résumer par le fait d’imposer une sanction fiscale aux entreprises polluantes. Ce principe est aujourd’hui bel et bien intégré dans le cadre de l’économie libérale du libre marché. Cependant, il apparait que son application souffre de nombreuses limites, en citant par exemple l’échec du marché carbone ou encore les effets mitigés sur la consommation et l’incitation pour les producteurs.

Aujourd’hui, il semble urgent de trouver des solutions durables, mais comment peut-on arriver à quantifier les conséquences des pollutions et comment en fixer le prix ? Ce principe du pollueur payeur n’est-il pas une incitation à la pollution, les entreprises ayant payé le droit de polluer ?

Si vous aussi vous voulez discuter du principe et de la place de l’environnement dans l’ordre européen en général, venez le 24 avril, afin de proposer vos solutions pour un avenir durable !
Modératrice : Natalia Claasen ( présidente du CEE&T et présidente de la Commission ENVI pour la SPECQUE)

  • Où ? À l’ULB (H.1.301)
  • Quels intervenants ?

Nicolas de Sadeeler : professeur de droit à l’Université Saint-Louis

Charlotte Billingham : travaille à la Fondation Européenne d’Études Progressistes (FEPS)

Daniel Tanuro : ingénieur agronome et environnementaliste

Modératrice : Natalia Claasen ( présidente du CEE&T et présidente de la Commission ENVI pour la SPECQUE)

Journée zéro déchet | ateliers DIY, cuisine et quiz

Nous ne nous en rendons pas toujours compte mais nous sommes responsables de l’utilisation d’un très grand nombre de déchets dans notre quotidien, au travers des diverses activités que nous pratiquons. En effet, que ce soit lorsque nous cuisinons, lorsque nous prenons soin de notre corps ou encore lorsque nous faisons le ménage, nous jetons une quantité ahurissante d’ordures, très souvent inconsciemment. C’est pourquoi chez Ecolo, nous nous avons décidé de partir à la découverte d’un mode de vie différent de celui que nous connaissons actuellement, celui du « zéro déchet ».

Envie de participer à cette journée qui change de l’ordinaire ? Vous pouvez dès à présent vous inscrire via le document Google (attention, le nombre de places par atelier est limité, ne tardez donc pas à vous enregistrer):

Ensemble, faisons en sorte que cette journée soit une véritable réussite et qu’elle conduise à un mode de vie plus en adéquation avec le respect de l’environnement.

AG I écolo j Charleroi

Rejoins la dynamique carolo 🙂

La régionale de Charleroi a le plaisir de t’inviter à sa prochaine AG. La team, composée de jeunes motivés, commence a bien prendre forme !  On se réunira principalement pour préparer une soirée sur la thématique du Zéro-déchet et discuter d’autres projets.
Toi aussi tu veux prendre part à la concrétisation de ce projet ou tout simplement rencontrer des gens sympas qui partagent les même valeurs que toi ? Alors rejoins-nous ! le mardi 20/03 au Quai 10 à 18h (Quai Arthur Rimbaud 10, 6000 Charleroi)

On t’invite à prévenir la régionale de ta présence en envoyant un mail

Tu verras, on est sympas. wink

AG | écolo j Charleroi

La régionale de Charleroi a le plaisir de t’inviter à sa première AG de l’année 2018. On se réunira principalement pour préparer une soirée sur la thématique du Zéro-déchet.

Toi aussi tu veux prendre part à la concrétisation de ce projet ou tout simplement rencontrer des gens sympas qui partagent les même valeurs que toi ? Alors rejoins nous !

RÉUNION | écolo j Charleroi

La régionale de Charleroi a le plaisir de t’inviter à sa première AG de l’année 2018. On se réunira principalement pour préparer une soirée sur la thématique du Zéro-déchet.

Toi aussi tu veux prendre part à la concrétisation de ce projet ou tout simplement rencontrer des gens sympas qui partagent les même valeurs que toi ? On t’invite à prévenir de ta présence en envoyant un mail à charleroi@ecoloj.be

SOIRÉE ZÉRO DÉCHET | Entre astuces, bons plans et partage

La démarche « zéro déchet » vise à limiter au maximum la production de déchets d’un ménage en utilisant des produits et emballages réutilisables plutôt que jetables, en compostant, en réparant,… C’est bon pour l’environnement mais aussi pour la santé et pour le portefeuille ! Nos intervenants viendront présenter les valeurs derrière cette démarche mais aussi des astuces concrètes et quotidiennes que chacun peut mettre en place.

  • 19h00 : Accueil et verre de l’amitié
  • 20h00 : Introduction par Anatole Franck, écolo j
  • 20h10 : Conférence par Sophie Lejoly, blogueuse adepte du Zéro déchet et chroniqueuse RTBF, et Sylvie Droulans, de « Zéro Carabistouille – Le quotidien d’une famille belge vers le zéro déchet »
  • 22h00 : Conclusion par Olivier Bierin, coprésident Ecolo pour l’arrondissement de Liège

Enregistrer

CONFÉRENCE | Le nucléaire, stop ou encore ?

écolo j LLN, les jeunes MR et le Kot Citoyen te proposent de se pencher sur une thématique complexe tant sur le fond que sur la forme : le nucléaire.

Pour répondre à la question de la prolongation ou non des centrales nucléaires, nous aurons le plaisir d’accueillir :

  • Jean-Marc Nollet, Député fédéral ECOLO
  • Richard Fournaux, Bourgmestre MR de la Ville de Dinant
  • Olivier Van der Maren, pour la Fédération des Entreprises de Belgique
  • Hervé Jeanmart, professeur en énergies renouvelables à l’UCL

Les présentations seront suivies d’une séance de questions réponses pour laisser place au débat.

Enregistrer

REUNION | écolo j ULg

Envie de t’investir de près ou de loin ? Envie de proposer et d’organiser des projets alternatifs, pertinents sur le fond et impertinents sur la forme à l’ULg ? Alors, rejoins la régionale d’écolo j ULg !

Au programme : des produits équitables / bios / locaux dans les cafets de l’unif ? Un ciné-débat ? Gobelets plastiques réutilisables, problématique de l’eau et des sodas à l’unif ? Et beaucoup d’autres thématiques, projets et actions !

Des questions ? Tu peux contacter la régionale : ulg@ecoloj.be

Enregistrer

Enregistrer

ATELIER | Viens faire ton lombricompost !

Le principe du vermicompostage est simple : en utilisant un bac à vers, l’idée est de transformer les déchets de cuisine grâce à l’action de petits vers de terre.

Ce système, peu encombrant et sans aucune odeur, fournit un terreau riche et de qualité.

Bref, composter ses déchets organiques alors qu’on a pas de jardin, c’est tout à fait possible ! Idéal pour les kots donc wink

Plus d’infos en contactant les coprés au 0497/39.11.89  ou au 0497/06.09.82

Event Facebook ici !

Enregistrer

AG I écolo j LLN

L’ordre du jour :

  • Accueil des nouvelles et nouveaux
  • Suivi de l’atelier Vermicomposte
  • Suivi des contacts avec l’UCL au sujet du désinvestissement des énergies fossiles
  • Projet commun avec ECOLO BW
  • Conférence avec le Kot Citoyen
  • Retour des contacts avec l’Assemblée des Groupes Politiques
  • News fédérales

Nouveau ou nouvelle ?
Tu peux prévenir de ta présence en envoyant un petit mail à lln@ecoloj.be. On t’accueillera avec grand plaisir wink

TABLE RONDE | Omniplastique

omniplastique petitÉchanges, débats et vulgarisation d’une recherche sur les plastiques biobasés !

Nous aurons la chance d’accueillir 4 intervenant.e.s :

  • Sandra Belboom, ingénieur civil chimiste à l’ULg. Sa thèse de doctorat portait sur « l’évaluation de l’impact environnemental de la production de bioéthanol à partir de canne à sucre, betterave ou froment par analyse du cycle de vie. Comparaison des utilisations biocarburant et bioplastiques ». Elle vient de publier un article : « Le plastique biobasé, une fausse bonne idée ? »
  • Les deux gérantes de l’épicerie en vrac « L’Entre-Pot » à Liège
  • Anatole Franck, écolo j Liège, qui s’est lancé depuis peu dans l’aventure « Zéro déchet »

VOYAGE | Bure

bureLutte contre un projet d’enfouissement de déchets nucléaires !

La régionale écolo j ULB t’invite à participer à un voyage à Bure pour lutter contre le Projet Cigéo.

L’objectif est donc de se rendre à Bure pour :
– Rencontrer les associations locales qui se battent contre le projet ;
– S’informer sur le projet (arguments, avancées, ce qui est fait) ;
– Aider lors de notre séjour sur place ;
– Échanger avec des jeunes activistes français-es sur différents sujets ;
– Enrichir la position d’écolo-J sur le nucléaire.
Pour plus d’infos : http://burestop.free.fr/spip/IMG/pdf/cigeo_bure_diaporama.pdf

DIY | Microbilles, et si on s’en passait !?

MicroBeads_CarreSiteLes microbeads ou microbilles de plastique sont utilisées depuis les années 1990 par l’industrie cosmétique, elles sont réputées non-toxiques et non-irritantes pour l’être humain, mais posent de réels problèmes quand elles sont diffusées dans l’environnement.

Inscription vivement souhaitée pour des questions d’organisation pratique (info@ecoloj.be)

ÉNERGIE| Le futur du nucléaire

pictoDossiersSi en Belgique, la sortie du nucléaire (qu’écolo j soutient) a été décidée par la loi du 31 janvier 2003, le secteur du nucléaire mondial s’achemine quant à lui depuis quelques années vers quatre autres voies:


La prolongation
Assurément la plus risquée. Il est vrai que de nombreuses parties de centrales sont renouvelées ou améliorées avant toute prolongation. Mais, d’un autre côté, des parties très sensibles ne pourront jamais être remplacées et la fiabilité de ces vieilles centrales laisse, aujourd’hui, clairement à désirer.

Les nouveaux réacteurs EPR
Les European Pressurized Reactor sont théoriquement plus sûrs, mais leur gigantisme rend leur coût absolument impayable tout en rendant notre approvisionnement électrique encore plus centralisé : le contraire de ce qu’il faudrait faire. Ceux actuellement en construction (Flamanville, Olkiluoto) accumulent les retards, les problèmes importants et aucun n’a encore été mis en service. Le réacteur de Flamanville met en danger financièrement son concepteur Areva qui a dû être recapitalisé par l’État français.

Les SMR
Les Small Modular Reactor sont essentiellement pensés pour coûter moins cher à construire et à entretenir  : petits, standardisés et construits en série. Ce sont des anti-EPR. Mais ils restent basés sur la même technologie qui crée des déchets et comporte des risques. Par ailleurs, s’il est certain qu’ils seront plus faciles à construire, leur moindre coût reste encore théorique.

La fission liquide
Elle n’est pas totalement nouvelle. Le procédé existe depuis les années 60 où un prototype était testé au Oak Ridge National Laboratory. Mais on n’a jamais mis en service de réacteur commercial. Sans débouchés militaires, en pleine guerre froide, il était malheureusement difficile d’obtenir des budgets. Cela dit, depuis quelques années, les chercheurs ont réemprunté cette voie et ont nettement amélioré le processus pour le rendre très efficace et économique. Transatomic promet ainsi de nous débarrasser de 96% de nos déchets nucléaires tout en diminuant par 1000 la durée de vie des déchets restants. Cela pour un coût inférieur au charbon ou au gaz. Son principal avantage est d’être intrinsèquement sûr. Si les centrales actuelles nécessitent de l’énergie pour se refroidir sous peine de provoquer une catastrophe (ce qui est arrivé à Fukushima), c’est tout le contraire dans un réacteur à fission liquide : la réaction se stoppe toute seule et sans intervention humaine. Son principal désavantage est d’être encore relativement jeune  : on dira que ce sont des promesses et que le père Noël n’existe pas. Le coût de base reste élevé également : 1,7 milliards de $ pour Transatomic. Toutefois, il faudra bien investir pour nous débarrasser des déchets nucléaires et ce ne serait peut-être pas un mal de produire en même temps de l’électricité.

Aurian Bourguignon

Les emballages plastiques de la cafet d’écolo j ULg

pictoEnActionLe 25 avril, écolo j ULg a fait passer un petit quiz aux étudiants du campus du XX août pour les sensibiliser à l’utilisation des emballages plastiques dans la cafétéria. Actuellement, tout est servi dans des contenants jetables. Imagine la quantité de plastique qui pourrait être épargnée sur une année ! L’ULg postCOP21 ? : peut mieux faire !

CLIMAT| Le recyclage, une responsabilité commune

pictoDossiersUne merecyclageilleure gestion des déchets d’équipements électriques et électroniques est aujourd’hui indispensable, tant pour des raisons environnementales et sociales qu’économiques. Au cadre législatif devant être mis en place aux niveaux européen et national, doivent répondre des engagements concrets de la part des entreprises et des citoyens.

 

Des appareils électriques et électroniques novateurs ne cessent d’apparaître et rendent rapidement leurs prédécesseurs obsolètes: les lecteurs mp3 ont éclipsé les walkmans, les tablettes numériques ont d’ores et déjà détrôné les ordinateurs portables. Pour autant, la diffusion des innovations technologiques ne s’est pas accompagnée de pratiques de recyclage adéquates et optimales. Ainsi, si plus de 4 milliards de GSM sont utilisés aujourd’hui dans le monde, seuls 3 % d’entre eux sont recyclés.

Dans les pays du Nord de la planète, la technologie fait tant partie des identités sociales et culturelles actuelles, qu’il est difficile de la remettre en question. Son omniprésence doit toutefois être interrogée. En effet, en conséquence à notre utilisation massive d’appareils électriques et électroniques, « nous devons faire face à un véritable tsunami de déchets électroniques qui déferle sur le monde » (1).  Or, la quantité de déchets que nous générons est la résultante d’un mode de vie insoutenable à long terme.

Pourquoi recycler ?
Le recyclage permettrait de réduire l’impact environnemental qui découle de la production primaire des métaux composant nos appareils électriques et électroniques. Si les trois milliards de détenteurs de GSM à travers le monde faisaient recycler leur mobile, 240 000 tonnes de matière première seraient préservées, réduisant ainsi l’équivalent en gaz à effet de serre de quatre millions de véhicules.

Responsabilités
La responsabilité d’un changement sociétal profond repose en partie sur les épaules des entreprises, de l’État et de l’Union européenne, qui doivent soutenir une transformation de nos modèles économiques et industriels actuels. Ces acteurs sont habilités à insuffler une dynamique pour détourner progressivement notre économie de stocks de matières premières et de déchets, où les produits vont de la mine à la décharge, pour embrasser une économie circulaire, où les matières, et surtout les ressources, non renouvelables, s’inscriraient dans des cycles d’utilisation et de recyclage.

Si l’Union européenne s’active déjà à recycler en développant un arsenal législatif en matière de traitement des déchets (voir la directive 2002/96/CE), les industriels sont amenés à réinventer les modalités d’émergence et de mise en œuvre de l’innovation en considérant les conditions dans lesquelles elle peut être « techniquement, socialement et économiquement viable » (2). Les conclusions du Conseil européen de Göteborg (juin 2001) sont sans appel à cet égard, précisant notamment qu’« une économie performante doit aller de pair avec une utilisation durable des ressources naturelles et une production viable de déchets (…) ».

Cette évolution implique la mise en œuvre de programmes d’apprentissage internes pour stimuler la prise de conscience par la diffusion de valeurs organisationnelles et de principes éthiques.

Le citoyen aussi !
Mais ne l’oublions pas, les citoyens sont aussi en mesure de promouvoir une meilleure prise en charge des déchets. D’une part, il nous revient de recycler plus systématiquement : une trop grande quantité d’appareils électriques et électroniques hors d’usage ou inutilisés se retrouvent stockés au domicile, enfouis en décharge ou incinérés sans valorisation énergétique. D’autre part, il est de notre ressort de consommer avec plus de sagesse : une gestion optimale des externalités commence d’abord par la prévention des déchets générés, comme le rappelle l’adage selon lequel « le meilleur déchet est celui qu’on ne produit pas ».

Que faire de nos appareils hors d’usage ?
Des associations reprennent gratuitement les appareils électroniques pour les porter au recyclage (Les Petits Riens, Oxfam Solidarité, Droit et devoir, Tac Tic informatique, l’Atelier TIC Tanneurs, La Poudrière, Emmaüs, CF2D, etc.)

> Donnez une seconde vie à vos appareils (www.res-sources.be)
> Parcs à conteneur (www.recupel.be)
> Reprise des appareils électroniques en échange d’un prix de rachat (Love2recycle.be, Recyclez-moi)
> Reprise des GSM contre un don à l’association de votre choix (Mon ex-tel)

(1) Achim Steiner, directeur exécutif de L’UNEP en mai 2015.
(2) DIEMER Arnaud, « La technologie au cœur du développement durable : mythe ou réalité ? », Innovations, 2012, Vol.I, n°37, pp.73-94.
(3) Communication COM (2001) 264 final de la Commission du 15.5.2001. «Développement durable en Europe pour un monde meilleur: stratégie de l’Union européenne en faveur du développement durable».

Flora Barland, volontaire à la Commission Justice et Paix

Palme pour… L’entrepreneuriat belge

pictoPalmesEtNavetsLe premier magasin belge d’alimentation sans emballage s’est installé à Anvers ! Le concept : le client apporte ses propres bocaux, qui sont pesés et étiquetés à l’entrée, puis il peut faire ses courses parmi les produits proposés en vrac.

On ne paye que ce dont on a besoin et on évite le gaspillage !

Benoit Hofer