Édito | Mai 2017

pictoEditoGenres, sexes, identités, voilà autant de thèmes sur lesquels ce numéro du Jump se penche. Fortement porté par un mouvement féministe (et féminin) mais aussi par les mouvements LGBTQI, les questions de genre sont souvent traitées sous l’angle de la dénonciation de la domination que les blancs, cisgenres, hétérosexuels et en bonne santé gardent sur notre société. L’histoire de ces combats féministes et des droits des LGBTQI constitue le premier article de notre dossier.

La manière dont les membres de notre société, parfois volontairement (publicité, inégalités salariales, genrage des jeux pour enfants, etc.) parfois à leur insu (poids des traditions, humour sexiste, etc.) participent à la continuité de ces inégalités est très certainement captivante pour un sociologue ou un psychologue, beaucoup plus inquiétante pour les membres des diverses minorités ou la gente féminine.

Les questions du genre et de l’égalité des sexes entrent très lentement dans les débats de sociétés. Certains mécanismes de lutte commencent à s’ancrer dans nos mœurs tels que les assemblées non-mixtes ou l’écriture inclusive, mais les fondements des inégalités sont profondément ancrés et s’expriment dans nos actes quotidiens. C’est pourquoi une des auteures insiste sur la nécessité de relever chaque attitude discriminatoire afin que son auteur.e prenne conscience du poids que peuvent avoir ses comportements quotidiens.

Tous les articles de ce Jump Genre, écrits par des militant.e.s, donne le point de vue des dominés. Il est difficile pour moi, un homme, blanc, cisgenre, hétérosexuel, de m’exprimer sur les discriminations subies par les minorités ou les femmes. Je terminerai donc cette introduction par une interrogation masculine. Et si l’égalité des sexes passait aussi par une prise en compte des inégalités subies par l’homme ? Et si l’augmentation des congés paternité était une meilleure réponse que la volonté de faire travailler les femmes dès la sortie de la maternité ? L’obligation sociale (tout doucement en train de s’effriter) pour l’homme de faire le premier pas dans les relations amoureuses/la drague (offrir les verres, faire la demande en mariage, etc.) ne devrait-elle pas tomber ? Et si la difficulté à faire disparaître la domination masculine chez les jeunes de nos sociétés occidentales était partiellement l’expression d’un manque de confiance de la gente masculine vis-à vis du sexe opposé ?

Michaël Horevoets, rédacteur en chef